Un look anticonformiste, des yeux malicieux, une voix douce … derrière ISADORA Paris  se cache une vraie femme, Danielle Poullain.​ Une artiste aux multiples facettes, comme ses créations, une jolie dame excentrique et sensible, timide et audacieuse, entière et curieuse ...   

Une personnalité pas ordinaire qui aime partager son univers et tailler dans le rêve mille et une merveilles.

 

Danielle Poullain et la galalithe

​Ce polymère découvert en 1889, parfois appelé « pierre de lait » est issu de la transformation de la caséine du lait. C’est l’une des premières matières plastiques biodégradables.

 

Une étrange matière usinée en plaquettes qui possède une magique profondeur et une réelle beauté une fois travaillée. La galalithe sera pour toujours le matériau de prédilection de toute création ISADORA Paris. Un bijou  en galalithe est uniquement le résultat d’un long et minutieux travail manuel. Polir,  teindre, sculpter, graver, enchante Danielle Poullain qui imagine et crée des bijoux qu’elle aimerait porter.​

 

Tout vient de son atelier parisien où travaillent les artisans qu’elle a formés et où elle prépare soigneusement les bains de couleurs et les assemblages. Aujourd’hui la galalithe  se fait très rare et est presque quasiment disparue de la production dans le monde.

Ceci renforce et valorise encore plus les créations figuratives ou géométriques signées ISADORA Paris et accentue le caractère unique et exceptionnel des bijoux.

L’ art et la matière .

1976 , première exposition à la galerie  AXIS / Paris.

Premier succès . La presse s’emballe pour ISADORA Paris et fait l’éloge des créations de Danielle Poullain qui révolutionne la bijouterie fantaisie avec ses colliers et ses bracelets à thèmes, ses parures étonnantes qui ne passent pas inaperçus.

A chaque fois résolument modernes, ses œuvres ne ressemblent à aucune autres. Les collections s’enchaînent. Tout est inspiration : les fleurs, les animaux, le cirque, la musique ...

Chaque pièce raconte une histoire, un poème, une surprise. Du figuratif, ​Danielle Poullain passe à l’abstrait, s’incline à la géométrie puis revient à la nature au gré de sa fantaisie : broches, boucles d’ oreille, bijoux à parfum,  bijoux à cheveux ...

Des années durant les bijoux ISADORA Paris se vendent dans le monde entier, notamment aux Etats–Unis chez « Berdorf Goodman » à New-York ; le Modern Art Museum de Los Angeles lui fait une boutique ; en Australie chez « George » ; au Japon ; au musée d’Art Moderne de Paris , au Musée des Arts Décoratifs à Paris et récemment au Kunst Historische Museum de Vienne en Autriche.

Les bijoux ISADORA Paris font les défilés de la Haute Couture car Danielle Poullain est sollicitée par les grands créateurs de mode et elle travaille pour les couturiers Karl Lagerfeld, Yves Saint-Laurent, Tiffany, Caron, Givenchy, Balmain, Azzaro, l’ Oréal et Shu Uemura.

 

La revue de presse est exhaustive . De nombreuses couvertures, de pages de magazines et revues de mode telles que, ELLE , MARIE-CLAIRE, COSMOPOLITAN, MADAME FIGARO, NUMÉRO, YOU MAG, VOGUE Italie ... nous permettent de découvrir d'avantage le monde enchanté de Danielle Poullain.

 

Poésie, surprise, galalithe, élégance : les créations ISADORA PARIS

 

 

Les créations en galalithe ISADORA Paris, vous captivent par leurs formes, leurs couleurs, leurs compositions  asymétriques et l’élégance des éléments découpés et assemblés. Des bijoux qui dévoilent une créativité originale et intemporelle, des bijoux signés de l’artiste Danielle Poullain.

 

CAROUSEL DE MODE  - des années 20 à nos jours

On s’aventure aussi chez ISADORA PARIS à découvrir des raretés et des bijoux précieux qui sont des trésors des années 20/30 arts déco , des années 50 avec les bijoux américains puis des années 70 à nos jours.

ISADORA PARIS